Contre l'insécurité : importante mobilisation dans le quartier de Belleville (juin 2010)

Publié le par Thierry-Patrick GERBER

Nous voulons ici condamner les agressions et vols dont sont l’objet en France des ressortissants chinois ou asiatiques ainsi que des Français d’origine chinoise ou asiatique, demeurant notamment dans le Quartier de Belleville. Nous voulons aussi saluer, haut et fort, le mouvement de protestation collective qui a pris plusieurs formes, notamment celle d’une importante manifestation pacifique le dimanche 20 juin 2010. En même temps, nous condamnons les exactions de quelques casseurs, extérieurs au quartier (selon certains témoignages).*** Nous n’emploierons pas dans cet article le terme de « communauté chinoise », contrairement à ce qu’ont fait certains médias. En effet, le terme de « communauté » renvoie à un ensemble fermé, fonctionnant selon des règles propres, en autonomie avec le reste de la population. Ce terme renvoie souvent aussi (ce qui n’est pas forcément vrai pour les Chinois) à un principe d’identification, d’appartenance groupale, voire de supériorité, les membres de la communauté s’estimant différents et supérieurs aux non membres. Le fonctionnement communautaire renvoie aussi à des traditions et des règles de vie (règles économiques et financières, familiales, modes de règlement des conflits,…) autonomes, voire indépendantes des règles communes et légales. Les communautés fermées fonctionnent souvent en circuit fermé et opaque avec un contrôle social autoritaire voire arbitraire. Le terme communauté renvoie au communautarisme où chaque communauté entend vivre à côté d’autres communautés (pacifiquement ou en conflit perpétuel) et ne s’implique pas dans le vivre ensemble. Communauté signifie faire la police à l’intérieur de celle-ci et vis-à-vis de l’extérieur. Cela peut signifier aussi constituer une milice ou police privée, un service d’ordre armé lors de manifestation, faire le coup de poing et pratiquer l’auto-défense vis-vis d’éléments extérieurs. Communautés signifie conflits intra-communautaires pour le leadership à l’intérieur de la communauté et conflits inter-communautaires ou inter-ethniques, attitudes et actes racistes directement rapportés aux origines migratoires directes ou en cascade. Nous ne soutenons pas ce qui va dans le sens des communautarismes (de population, à caractère religieux,...).*** Il est un fait, et la protestation collective en ait révélatrice, des résidents chinois ou Français d’origine chinoise sont victimes d’exactions et de violences depuis un certain nombre de mois voire d’années. Il semble aussi, d'après des sources médiatiques, que les auteurs sont issus de l’immigration maghrébine ou sub-saharienne. Nous pensons que cela renvoie aux questions de sécurité publique, problème collectif, à l'existence de cibles privilégiées d’actes de délinquance classique (utilisation de la vulnérabilité, porter sur soi des sommes d’argent en espèces, usage de menaces de représailles, impunité d'actions de mineurs,…).*** Toute personne présente sur le sol français a droit à la sécurité (résident, touriste, etc.). Mais ce droit formel rencontre un obstacle dès lors que des personnes sont en situation administrative irrégulière. En effet, un « sans-papier » victime d’exactions et de violences ne pourra pas signaler les faits et déposer plainte aux autorités car il se sent en insécurité administrative (au regard de la « police des étrangers ») : recevra-t-il des injonctions à quitter le territoire ? sera-t-il reconduit à la frontière ? cela engendrera-t-il une enquête pour travail illégal ? recherche de complicités de séjour irrégulier ? Suite à agression ou vol, faut-il courir ces risques supplémentaires ? Par principe, nous n’acceptons pas l’immigration illégale, qui est notamment un non respect des règles du pays d’accueil. Nous voyons ici que des délinquants en profitent pour cibler des immigrés illégaux car ils savent que ceux-ci sont particulièrement vulnérables (ils ne déposeront pas plainte). Dans ce contexte, la multiplication de faits d’agression ou autres à l’encontre d’immigrés illégaux ne peut que susciter des modes d’auto-défense. A été évoqué aussi un début de « lynchage » d’un voleur en fin de manifestation du 20 juin.*** Signalons que la télévision chinoise a fait état de ces agressions, et aurait évoqué, d’après France 2, l’existence en France d’un racisme anti-chinois. Nous n’avons pas trouvé d’éléments d’information sur les sites Web Le Quotidien du Peuple, Radio Chine Internationale, Ambassade de Chine en France,… Signalons l’article « La communauté chinoise défile contre ‘l’insécurité’ », Elise Vincent, Le Monde 22 juin 2010, page 11 ; « Les Chinois défilent contre la violence », Ouest France, 21 juin 2010 ; « La délinquance, fléau pour tous à Belleville », Michèle Foin, Libération, pages 1, 10 et 11.*** Depuis les évènements révolutionnaires de La Commune de Paris de 1871, le quartier de Belleville est un quartier d’unité dans la diversité. Nous espérons qu’il en demeurera longtemps ainsi. Chaque groupe de population a intérêt à être ouvert sur l’ensemble de la population, ceci d’autant que la sécurité est un problème collectif. Sous cet angle, les bandes de délinquants utilisent la fragmentation, l’isolement, l’absence de solidarité, l’impunité de fait ou légale (actions de mineurs), le repérage de cibles,… pour mener à bien leurs actes violents de prédation. Il est grand temps de leur faire obstacle. Le racisme doit être partout combattu, et les problèmes doivent être mis sur la table sans tabou afin de faciliter leur règlement rapide et juste.

Commenter cet article