Grèves récentes en Chine (article du 5 juillet 2010)

Publié le par Thierry-Patrick GERBER

Suite aux 10 suicides et 3 tentatives (une trentaine d'autres empêchés in extremis) ainsi qu'à des mouvements de protestation et de grève survenus chez Foxconn, l'entreprise taïwanaise installée en Chine a annoncé récemment qu'elle déplacerait une partie de ses activités dans la Province du Henan, à Tianjin, à Wuhan et à Qingdao. Plus de 300 000 emplois seraient ainsi délocalisés (source : SCMP 30 juin 2010).*** Foxconn, plutôt que d'améliorer les conditions de travail et de vie, et de mieux prévenir les risques de crises suicidaires et le désespoir, préfère délocaliser et déplacer les problèmes sur d'autres secteurs géographiques. Aveuglement complet pour profits immédiats maximaux*** La revue Phoenix Weekly (n°17 du 15 juin 2010) a consacré sa couverture à : "Dans les coulisses des suicides chez Foxconn". Min Liangchen, chroniqueur du magazine, estime qu' "il ne fallait pas éliminer le droit de grève de la Constitution chinoise lors de sa révision en 1982. Maintenant, il faut modifier l'actuel mode d'organisation des syndicats chinois et restaurer le droit de grève."*** La revue Nan Feng Chuan (n°13, 16-29 juin 2010) a traité du "Mouvement des ouvriers" indiquant que certains cadres d'administartions locales nouent des alliances avec des employeurs au détriment des ouvriers, transformant ainsi les conflits patronat - salariés en conflits ouvriers - gouvernement.*** Après des grèves chez Honda, début juin 2010, mouvement gréviste chez Merry Electronics, à Shenzhen, de 10 000 ouvriers pour obtenir une augmentation de 300 yuans par mois et un jour de repos par semaine (source : Le Nouvel Observateur, 1-7 juillet 2010, page 56).*** L'usine d'assemblage Toyota à Canton a été contrainte d'interrompre se production en raison d'une grève dans une usine de pièces détachées dans le district de Nansha. Plus de 300 ouvriers se sont mis en grève pour exiger une augmentation des salaires (source : SCMP 23 juin 2010).*** Les ouvriers de l'usine de Denso, fabricant des pièces détachées pour Toyota, étaient en grève le 22 juin 2010 à Guangzhou (Canton) dans la Province du Guangdong (source : Le Figaro du 29 juin 2010 page 2).*** 2000 grévistes de Kok Machinery, entreprise taïwanaise installée près de Shanghai, se heurtent le 9 juin aux agents de sécurité locaux, causant 50 blessés (source : Le Nouvel Observateur, 1-7 juillet 2010, page 56).*** Dans Le Figaro, il n'est pas question d'agents de sécurité locaux mais de "policiers". Selon Le Figaro du 29 juin 2010, on a relevé 1800 grévistes à KOK, une entreprise taïwanaise spécialisée dans les pièces de caoutchouc pour automobiles. 300 policiers auraient été envoyés pour les mettre au pas. Plusieurs dizaines de blessés chez les grévistes ont été dénombrées. Arnaud de la Grange écrit : "La forte complicité entre les patrons de l'usine et les autorités locales a sans doute permis cette intervention musclée, plutôt en contradiction avec les consignes de gestion douce de ces conflits sociaux données par Pékin." Le Professeur Dong Bao Hua, de la East China University of Political Science and Law considère que les ouvriers d'aujourd'hui "ont des demandes que n'avaient pas les pionniers de la génartion précédente. Et les salaires sont loin d'être le seul problème, ils veulent un travail plus intéressant, des perspectives de carrière, des prix immobiliers accessibles et bien sûr une réforme du hukou."*** Le Monde daté du 15 juin 2010 (page 15) fait état d'un débrayage pendant 5 jours de 2000 ouvriers chez KOK, à Kunshan, près de Shanghai. Ceux-ci ont été attaqués par la police antiémeutes le 7 juin 2010.*** Manifestation d'ouvriers de chez Honda Locks à Zhonghan le 11 juin 2010. A Huizhou, localité industrielle de la Province du Guangdong, près de 2000 ouvriers d'un fournisseur d'une grosse marque coréenne se sont mis en grève le 7 juin 2010. Pour le Monde, "le combats victorieux des ouvriers de Honda à Foshan, dans le Guangdong, fin mai 2010, a donc fait des émules. Deux autres sous-traitants de Honda dans cette province ont connu aussi des débrayages ces dernières semaines." (Source : Le Monde, 15 juin 2010, page 15).*** A Xian, 900 ouvriers ont débrayé chez le japonais Brothers, qui fabrique des machines à coudre. A Jiujiang, 8000 grévistes chez le taïwanais Smart Ball sous-traitant pour Adidas. Grève aussi chez Chimei Innolux, producteur d'écrans LCD. Débrayages dans les usines Toyota à Tianjin. Mouvement révendicatif à l'usine Honda de Zhongshan depuis début juin 2010 (source : Le Nouvel Observateur, 1-7 juillet 2010, page 56).*** Grève le 2 juillet 2010 à Mitsumi Electric (source : Le Figaro, 3-4 juillet 2010, page 22).
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article