Liu Xiaobo condamné à 11 ans de prison

Publié le par Thierry-Patrick GERBER

Monsieur Liu Xiaobo, né le 28 décembre 1955, a été condamné le 25 décembre 2009 à onze années de prison pour "subversion du pouvoir d'Etat" (voir Le Monde du 26 décembre ainsi que du 27 et 28 décembre 2009). Nous sommes affligés de la sévérité de la peine prononcée à son encontre. Il est important que la liberté d'expression progresse très rapidement en République Populaire de Chine. Même si les positions défendues sont opposées au système en place. Monsieur Liu Xiaobo est l'un des signataires de la Charte 08 (du 10 décembre 2008), c'est son droit le plus absolu. Une partie de cette Charte (voir la traduction réalisée par Pierre Haski Rue 89 en date du 17 décembre 2008, en ligne sur le site Aujourd'hui la Chine) a trait aux libertés et droits de l'Homme, en tant que principes universels. En même temps, on y trouve des choses peu claires. En effet, il y a un appel à la privatisation générale de l'économie. On lit : "Protection de la propriété privée. Nous devrions établir et protéger le droit à la propriété privée, et promouvoir un système économique de marché libre et honnête. Nous devrions abolir les monopoles gouvernementaux sur le commerce et l'industrie, et garantir la liberté de créer de nouvelles entreprises. Nous devrions créer un comité des entreprises d'Etat, responsable devant le Parlement, qui supervisera le transfert de la propriété de l'Etat vers le secteur privé d'une manière honnête, concurrentielle, et ordonnée." Si les sirènes du libéralisme économique semblent inspirer les rédacteurs et signataires, comme la lutte anti-corruption qui sous-tend nombre de propositions de cette Charte, il faut quand même rappeler que l'expérience de privatisation en Russie a mené à une spoliation des intérêts de la nation, à grande échelle. La croyance dans le capitalisme (sous les traits du prétendu libre marché) mène au soutien à l'exploitation du travail pour le compte d'intérêts privés et à l'exportation de capitaux (exportation de l'exploitation). Le capitalisme fonctionne par crise cyclique, et la Chine a résisté aux chocs grâce à son système (importance du système des entreprises d'Etat et des crédits distribués par des organismes d'Etat, contrôles divers en matière de prix et de commerce). D'ailleurs, la crise récente a montré l'importance pour les Etats de disposer d'amortisseurs sociaux et la force de la mobilisation des capitaux publics pour modérer les chocs directs et par échos de cette crise financière et économique. Les pays libéraux qui ont amoindri la force de leur Etat, au nom de l'idéologie du libre marché et des effets pervers de l'Etat social ou providence, ont mis en oeuvre des recettes exactement inverses à leurs principes sacrés. Nous pensons que les rédacteurs de la Charte se font beaucoup d'illusions sur la qualité intrinsèque de la libre concurrence en économie, qui comme chacun le sait, aboutit aux oligopoles et monopoles privés. Si nous comprenons cette soif de libertés d'expression ou autres, nous comprenons moins cet appel à la privatisation généralisée, qui si elle avait été opérante dès 2008 aurait mis la Chine et ses peuples à genoux ou en très grandes difficultés. Si l'appel à la "sécurité sociale" est recevable, la défense de la liberté religieuse l'est beaucoup moins. Les dieux ne sont que des constructions, à un moment donné, par des groupes humains, d'explications fausses sur l'orginine du monde, de la vie, des hommes. Ce sont des groupes d'hommes qui ont créé les dieux. Or les dieux n'ont jamais existé. Nous savons que des centaines de millions de personnes se bercent d'illusion en croyant... Les religions sont des facteurs d'oppression, de division, d'affrontement et de guerre. Défendre, au nom des droits de l'Homme, l'existence et le développement de "sectes" (toutes les religions officielles au plan mondial, et d'autres communautés moins officielles) s'est se tromper lourdement sur les fondements des vrais droits des hommes, des femmes et des enfants. La Charte critique d'ailleurs l'endoctrinement politique (voir proposition sur l'éducation civique) mais voudrait ouvrir plus grand le champs des endoctrinements religieux. La Charte 08 préconise aussi une "république fédérale"... quand on sait la difficulté,partout dans le monde, de maintenir ensemble des peuples au sein d'une même entité (dite nationale), la multitude des formes de fédéralisme, et les difficultés de dégager des intérêts communs, généraux et supra-communautaires, on peut s'interroger sur la portée d'un texte fourre-tout et qui mélange les genres (des éléments corrects: la lutte anti-corruption, les droits d'expression, la sécurité sociale... ainsi que des choses suspectes). Texte qui entretient la confusion entre libéralisme économique, concurrence à tout crin, "liberté" religieuse et privatisation généralisée (pour le bonheur de qui ?) avec les droits fondamentaux de chacun. Même si nous ne partageons pas les options de ce programme, nous pensons que les rédacteurs et signataires de cette Charte 08 doivent bénéficier de la liberté d'expression et d'organisation. C'est la liberté qui nous permet de nous confronter au réel. Monsieur Liu Xiaobo a fait appel du jugement à son encontre. Nous pensons que les autorités doivent se montrer clémentes à son égard et lui rendre la liberté.

Commenter cet article