Soirée du 11 janvier 2012 avec l'Orchestre de musique de chambre Huaxia

Publié le par Thierry-Patrick GERBER

A l’occasion du Nouvel An chinois, fête du Printemps, et de l’année du Dragon, qui s’ouvre le 23 janvier 2012, l’Orchestre de musique de chambre du conservatoire de Chine a été invité à se produire dans la soirée du 11 janvier 2012 sur la scène du Service culturel de l’Ambassade de Chine, en avant-première, avant d’entamer une tournée en France.

Les responsables chinois voulaient, comme chaque année, remercier ceux qui favorisent les échanges culturels entre la France et la Chine et partager avec eux la joie inhérente au début du printemps.

L’Orchestre de musique de chambre du conservatoire de Chine a été fondé en 1995. Il est devenu l’un des orchestres traditionnels de musique de chambre les plus actifs et à la technique des plus accomplies de Chine. L’orchestre s’est produit aux Etats-Unis, en France, au Portugal, en Afrique et en Asie.

Voici le programme :

« Sur la route ». Soies et bambous du Jiangnian. Pièce  illustrant un fort sentiment de vie.

« A quel moment la fleur de printemps et la lune d’automne ». Chant artistique.

« Faire venir la jeune fille ». Chant : Cao Yiheng, avec l’accompagnement du petit orchestre.

« Fleur de prunus trois fois ». Pièce ancienne. Cithare Guqin : Huang Mei. Le duo alterné chant et accompagnement cithare Qin et flûte Xiao exprime la fleur éternelle, apaisement et harmonie, parfum et monument.

« Double Que ». Violon Ehru : Chai Shuai ; tympanon Yangqin : He Li.

« Ballade Sanliu ». Pièce célèbre pour soies et bambous du Jiangnan. La mélodie est détendue, joyeuse et ample.

« Bateau amarré une rivière d’automne ». Pièce ancienne (1614) adaptée. Flûte Xiao : Zhang Weiliang. Malgré une base tonale mélancolique, un sentiment de légèreté et d’exaltation se dégage.

« Couleur de printemps ». Les couleurs du printemps confèrent de l’enthousiasme. Le vert engendre la joie.

« La lune de la rivière de l’Ouest ». Chant artistique.

« Tonalités des barques Dragon ». Chant : Yi Wenhui, accompagné par le petit orchestre.

« Nuit au clair de lune sur la rivière printanière ». Pièce ancienne adaptée. Luth Pipa : Gao Sichao, cithare Guzheng : Wang Ning.

« Trois rires ». Les rires issues des joies profondes, ou sans raison ou même lorsque l’on est triste.

« Vague déferlante de sable ». Sont loués les paysages grandioses de Chine, et remémorés les héros des temps anciens. Purification du cœur comme la vague qui déferle sur le sable.

« Nuit profonde ». Répertoire de l’Opéra de Pékin. Avec aux percussions : Rao Minqian.

 

 

Orchestre :

Cithare Guzheng : Wang Ning

Luth Pipa : Gao Sichao

Flûte Di : Chen Yunying

Cithare Guqin : Huang Mei

Violon Erhu : Tan Manman, Chai Shuai, Wang Jing

Tympanon Yangqin : He Li

Luth Zhongruan : Zhao Ying

Violon trois cordes : Shang Zhongyuan

Percussions : Rao Minqian

Flûte Sheng : Fang Yuan

Chants : Yi Wenhui, Cao Yiheng.

 

Un spectacle vraiment grandement remarquable !

Commenter cet article